Publié par Laisser un commentaire

MILUN :Tu connaîtras la vérité et la vérité te rendra libre

Ce lundi 07 Septembre 2020 le frère Jean Emmanuel Clément Akobé a poursuivi son cheminent sur le thème :

 ‘’ Comment éviter la séduction démoniaque ‘’extrait du livre de Mathieu 6 verset 12 à 24.

Par cet enseignement le Seigneur veut toucher son peuple de manière Spéciale mais tout d’abord il faut savoir qu’il y a 3 choses à connaitre dans la vie chrétienne :

Premièrement CONNAITRE DIEU, ensuite COMPRENDRE L’EGLISE et enfin LE DISCERNEMENT.

L’une des grandes prières à Dieu se trouve dans LE NOTRE PÈRE ou nous demandons au Seigneur : « ne nous laisse pas entrer en tentation … » car le démon veut vaincre le monde mais avec Dieu, il n’y arrivera pas.

Dans l’Epitre de Paul à Timothée au chapitre 4, il nous est dit dans le verset 1 que dans les derniers temps il y aura de faux maîtres, de fausses prophéties car le diable use de stratégies très raffinées pour distraire le monde.

C’est une stratégie géospaciale pour conquérir les territoires de Dieu.

Le Saint Esprit depuis la pentecôte nous donne le discernement, alors nous chrétien ne devons pas être ignorant de la stratégie du diable.

Dans 2 Corinthien chapitre 2 verset 11 il est dit à cet effet que ‘’vous aller comprendre que c’est par ignorance que le diable a un semblant de victoire sur nous ; Etant baptisé dans le Seigneur cela fait de nous des vainqueurs  ».

Le chrétien c’est une personne qui a le discernement et connait le poids du diable qui a pour objectif de le détourner de la voie de Dieu.

COMMENT LE DIABLE OPÈRE T’IL ?

Une des erreurs qui a permis à Satan de s’installer dans le monde c’est le culte voué à certaines doctrines diaboliques subtilement enseigner au monde ainsi que la séparation faite par l’homme de l’ordre spirituel à l’ordre temporel.

Souvent dans le milieu du travail, il vous emmène dans des endroits où il est interdit pour des chrétiens  »Catholique » de faire le signe de croix, pour les religieuses de se voiler ou de poser un acte en rapport avec le Christ ; c’est ça la stratégie du diable.

En tant que citoyen de l’Eglise nous sommes pour le monde le SEL et le LUMIÈRE.

Le démon lui joue sur la réalité du royaume de Dieu en te mettant à l’esprit que si tu es malheureux sur la terre, tu seras heureux dans le ciel, une théorie qui n’est pas vraie parce que Jésus en mourant sur la croix pour nos péchés a effacé toutes nos souffrances et nos difficultés.

La bible nous dit ‘’HEUREUX CEUX QUI SOUFFRE CAR CELUI QUI A LE SEIGNEUR JÉSUS CHRIST , LE CIEL S’OUVRE POUR LUI ET LA JOIE INONDE SON CŒUR ’’.

Nous irons au ciel avec notre richesse de Dieu car c’est lui notre véritable richesse.

Publié par Laisser un commentaire

Angélus : « Le ragot est une peste pire que la Covid ! »

« Le ragot est une peste pire que la Covid ! Faisons un effort : pas de médisance », a insisté le pape François en célébrant l’angélus de ce dimanche 6 septembre 2020. Il a recommandé « silence et prière » pour ceux qui agissent mal, mais « jamais de médisance ».

Méditant sur l’Évangile du jour depuis une fenêtre du palais apostolique donnant place Saint-Pierre, le pape a invité à remettre les chrétiens qui ne reconnaissent pas leur faute « entre les mains de Dieu » : « Il faut un amour plus grand pour retrouver ce frère. »

« Les médisances, a-t-il aussi mis en garde, ferment le cœur à la communauté, empêchent l’unité de l’Eglise. Le grand bavard c’est le diable, qui dit toujours de mauvaises choses sur les autres. »

Voici notre traduction de sa méditation.

Paroles du pape à l’angélus

Chers frères et sœurs, bonjour !

L’Évangile de ce dimanche (cf. Mt 18,15-20) est tiré du quatrième discours de Jésus dans le récit de Matthieu, connu comme discours “communautaire” ou “ecclésial”. Le passage d’aujourd’hui parle de la correction fraternelle, et nous invite à réfléchir sur la double dimension de l’existence chrétienne : la dimension communautaire, qui exige la protection de la communion, c’est-à-dire l’unité de l’Eglise, et la dimension personnelle, qui impose de l’attention et du respect pour toute conscience individuelle.

Pour corriger son frère qui a commis une faute, Jésus suggère une pédagogie du rattrapage. La pédagogie de Jésus est toujours pour nos récupérer, il cherche toujours à nous retrouver, nous sauver. Et cette pédagogie est articulée en trois passages. Il dit en premier lieu : « Va lui faire des reproches seul à seul. » (v. 15), c’est-à-dire sans faire étalage de son péché. Il s’agit d’aller voir son frère discrètement, non pas pour le juger mais pour l’aider à se rendre compte de ce qu’il a fait. Nous avons souvent eu cette expérience : quelqu’un vient et nous dit : “Mais, écoute, là tu t’es trompé. Tu devrais changer un peu comme cela”. Nous nous fâchons peut-être au début, mais ensuite nous remercions, parce c’est un geste de fraternité, de communion, d’aide, de récupération.

Il n’est pas facile de mettre en pratique cet enseignement de Jésus, pour différentes raisons. Nous craignons que notre frère ou notre sœur réagisse mal ; parfois la confiance n’est pas suffisante entre nous et lui ou elle… Et d’autres raisons. Mais à chaque fois que nous avons fait cela, nous avons senti que c’était le chemin du Seigneur.

Cependant, il peut arriver que, malgré mes bonnes intentions, la première intervention échoue. Dans ce cas il est bon de ne pas renoncer – et de dire “qu’il se débrouille je m’en lave les mains”. Non, ce n’est pas chrétien. Ne pas renoncer, mais recourir à l’appui d’un autre frère ou d’une autre sœur. Jésus dit : «S’il ne t’écoute pas, prends en plus avec toi une ou deux personnes afin que toute l’affaire soit réglée sur la parole de deux ou trois témoins.» (v. 16). C’est un précepte de la loi mosaïque (cf. Dt 19,15). Bien que cela puisse sembler contre l’accusé, cela servait en réalité à le protéger de faux accusateurs. Mais Jésus va au-delà : les deux témoins sont sollicités non pas pour accuser et juger, mais pour aider. “Mettons-nous d’accord, toi et moi, allons parler à celui-ci, à celle-ci qui se trompe, qui se ridiculise. Allons lui parler en frères”. C’est la main tendue que Jésus nous demande. Jésus envisage que cette deuxième approche avec les témoins peut également échouer, à la différence de la loi mosaïque, pour laquelle le témoignage de deux ou trois était suffisant pour la condamnation.

En effet, même l’amour de deux ou trois frères peut être insuffisant, parce qu’il ou elle est têtu. Dans ce cas – ajoute Jésus –, « dis-le à l’assemblée de l’Église » (v. 17). Dans certaines situations, toute la communauté est impliquée. Il y a des choses qui ne peuvent pas laisser les autres frères indifférents : il faut un amour plus grand pour retrouver ce frère. Mais parfois, même cela ne suffit pas. Jésus dit : « S’il refuse encore d’écouter l’Église, considère-le comme un païen et un publicain. » (ibid.). Cette expression, en apparence si méprisante, invite en réalité à remettre ce frère entre les mains de Dieu : seul le Père pourra montrer un amour plus grand que celui de tous les frères rassemblés.

Cet enseignement de Jésus nous aide beaucoup, car – pensons à un exemple – quand nous voyons une faute, un défaut, une chute chez ce frère ou cette sœur, habituellement la première chose que nous faisons est d’aller le raconter aux autres, en médisant. Et les médisances ferment le cœur à la communauté, empêchent l’unité de l’Eglise. Le grand bavard c’est le diable, qui dit toujours de mauvaises choses sur les autres, car il est le menteur qui cherche à désunir l’Eglise, à éloigner les frères et à ne pas faire communauté. S’il vous plaît, frères et sœurs, faisons un effort pour ne pas médire. Le ragot est une peste pire que la Covid ! Faisons un effort : pas de médisance. Voilà l’amour de Jésus, qui a accueilli des publicains et des païens, en scandalisant les bien-pensants de l’époque. Il ne s’agit pas d’une condamnation sans appel, mais de reconnaître que parfois, nos tentatives humaines peuvent échouer, et que seul le fait de se trouver devant Dieu peut mettre notre frère face à sa conscience et à la responsabilité de ses actes. Si ça ne va pas, silence et prière pour le frère ou pour la sœur qui se trompent, mais jamais de médisance.

Que la Vierge Marie nous aide à faire de la correction fraternelle une saine habitude, afin que dans nos communautés l’on puisse instaurer de nouvelles relations fraternelles, fondées sur le pardon réciproque et surtout sur la force invincible de la miséricorde de Dieu.

© Traduction de Zenit, Anne Kurian-MontaboneSEPTEMBRE 06, 2020 14:53ANGÉLUSPAPE FRANÇOIS

Publié par Laisser un commentaire

2EME JOUR DU SÉMINAIRE INTERNATIONAL DES INTERCESSEURS

Ce Séminaire qui s’est fait en ligne, sur toutes les plates formes de la communauté en l’occurrence le Facebook Divin Amour tv, Évangélisation Vision 2000 PLUS et les différents comptes YouTube pour cause la COVID 19 ,avait pour thème « Ne craignez pas, ce combat n’est pas le vôtre, mais celui de Dieu » 2 Chronique 20 ,15.

la journée de prière a débuté par la messe dite par le père Henry Coulibaly ,s’en ai suivi les enseignements des différents prédicateurs.

La sœur Myriam de l’Agneau Pascal de la Belgique ; la sœur Stella Marie Larocque du Canada, le frère Cyril de l’Inde et le frère Jean Emmanuel Clément Akobé ont été les 4 prédicateurs à enseigner le peuple de Dieu pour cette deuxième et dernière journée du Séminaire International des Intercesseurs.

A travers le développent de leurs différentes prédications tous avaient le même message, l’intercession est une prière de demande non pour sois même mais en faveur des autres.

« L’intercesseurs est un médiateur, aussi selon chairman Cyril John de l’Inde, l’on n’a pas besoins d’une multitude de personnes pour intercéder mais juste une poignée de d’intercesseurs peuvent changer la destinée d’une nation. »

Il nous faut nous appuyer sur le Dieu de toutes expériences et non sur notre expérience de Dieu pour l’intercession et se laisser conduire le Saint Esprit car Selon la sœur Myriam à travers sa prédication intercéder c’est plaider devant le trône de Dieu la souffrance de ce monde.

Cette 3eme Edition du Séminaire International des intercesseurs a pris fin par une grande prière évangélisation pour toute les nations conduite par le fondateur de la Communauté Catholique Mère du Divin Amour, le frère Jean Emmanuel Clément Akobé soutenu par les bergers présents a la chapelle Saint François d’Assise.

Publié par Laisser un commentaire

Dieu ne veut pas que son nom soit utilisé pour terroriser

Le pape François appelle à ne pas utiliser le nom de Dieu pour terroriser, à l’occasion de la Journée internationale de commémoration des personnes victimes de violences en raison de leur religion ou convictions, ce 22 août 2020.

Le pape a en effet publié ce tweet : « Dieu n’a besoin d’être défendu par personne et ne veut pas que Son nom soit utilisé pour terroriser les gens. Je demande à tous de cesser d’instrumentaliser les religions pour inciter à la haine, à la violence, à l’extrémisme et au fanatisme aveugle. #FraternitéHumaine« 

Fraternité Humaine fait référence au Document signé en février 2019 par le pape François et l’imam d’Al-Azhar, Ahmed al-Tayyeb, à Abou Dhabi.

« Nous déclarons fermement – peut-on lire dans le texte – que les religions n’incitent jamais à la guerre et ne sollicitent pas des sentiments de haine, d’hostilité, d’extrémisme, ni n’invitent à la violence ou à l’effusion de sang. Ces malheurs sont le fruit de la déviation des enseignements religieux, de l’usage politique des religions et aussi des interprétations de groupes d’hommes de religion qui ont abusé – à certaines phases de l’histoire – de l’influence du sentiment religieux sur les cœurs des hommes pour les conduire à accomplir ce qui n’a rien à voir avec la vérité de la religion, à des fins politiques et économiques mondaines et aveugles. »

« C’est pourquoi, ajoutent les signataires, nous demandons à tous de cesser d’instrumentaliser les religions pour inciter à la haine, à la violence, à l’extrémisme et au fanatisme aveugle et de cesser d’utiliser le nom de Dieu pour justifier des actes d’homicide, d’exil, de terrorisme et d’oppression. Nous le demandons par notre foi commune en Dieu, qui n’a pas créé les hommes pour être tués ou pour s’affronter entre eux et ni non plus pour être torturés ou humiliés dans leurs vies et dans leurs existences. En effet, Dieu, le Tout-Puissant, n’a besoin d’être défendu par personne et ne veut pas que Son nom soit utilisé pour terroriser les gens. »AOÛT 22, 2020 15:03PAPE FRANÇOIS

AOÛT 22, 2020 15:03ANNE KURIAN-MONTABONEPAPE FRANÇOIS

Publié par Laisser un commentaire

MILUN : ‘’VOUS ETES DANS LE MONDE MAIS VOUS N’ETES PAS DU MONDE’’

MILUN : ‘’VOUS ETES DANS LE MONDE MAIS VOUS N’ETES PAS DU MONDE’’

Ce lundi 24 Juin 2020 c’est ‘’la Sécurisation prophétique et l’impact chrétien’’ tiré du livre de Jean chapitre 17 verset 15 à 18 qui a été développé comme thème à la prière du Ministère du Lundi.

Le prédicateur le frère Jean Emmanuel Clément Akobé par cet enseignement nous amène à comprendre pourquoi nous sommes de ce monde et par la même occasion comprendre qu’il Ya une parole sur notre vie par le baptême.

A cet effet quelques soit la situation, nous ne devons pas avoir peur mais savoir qu’il y a une mission sur notre vie ; Nous devons être le sel et la lumière de ce monde.

 »livre de Jean 17 verset 15 » nous dis que Jésus est une prophétie et nous devons saisir ce Messie, le fils de l’homme qui est la prophétie envoyée pour nous. Et par son grand Amour, il demande à son père de ne pas nous enlever de ce monde mais de nous garder du mauvais.

‘’Vous êtes dans le monde mais vous n’êtes pas du monde’’, Jésus donne une telle précision pour que nous sachions que nous sommes sur terre pour une mission bien précise.  

On reçoit l’onction du Saint Esprit parce que nous sommes envoyés dans le monde et par les charismes que nous avons, nous devenons les édificateurs du monde.

‘’L’onction que tu reçois c’est pour impacter le milieu dans lequel tu te trouves ; pour ton édification et pour que le monde soit transformé ‘’

Jésus dit dans sa parole que le séjour des morts n’aura rien contre son Eglise et lorsque tu restes dans l’unité de l’Eglise, tu sens la force et la puissance du Saint Esprit. Si tu rencontres Jésus et que tu ne travailles pour la division du corps du Christ, le démon ne peut rien contre toi.

Pour le frère Jean Emmanuel Clément Akobé si tu ressens un appel de Dieu laisse le Saint Esprit le révélé à ton entourage ‘’chrétien’’, ne prend pas de décision de toi-même en exerçant ton charisme cela te conduira dans le piège du Diable.

Au sein de l’Eglise Catholique, le discernement d’un charisme se fait souvent par l’épreuve et pour être dans la sécurisation prophétique il faut avoir la caution de l’Eglise et des responsables de ton mouvement. Lorsque Dieu donne un charisme c’est d’abord pour la construction de son œuvre dans lequel tu te trouves.

 Ne te laisses pas avoir par le démon qui te manipules par l’orgueil et le zèle, si tu es sujet de division la prophétie sur l’Eglise ne t’atteindra pas.

 En tant que chrétien nous devons marcher selon le protocole Divin et non selon nos désirs et notre caractère, suis le Saint Esprit et si ton charisme est authentique le Saint Esprit le mettra à la lumière du monde à travers ta hiérarchie.

Nous devons savoir aussi que nos manquements et nos mauvaises actions ne saliront pas l’Eglise car elle est Sainte, Immaculée et sans tache à cause de celui qui est à la tête de l’Eglise JESUS CHRIST DE NAZARETH qui est éternellement Saint.

Nous sommes sécurisés éternellement et Jésus nous donne la grâce de la sécurisation prophétique et tant que tu ne saisis pas la parole prophétique sur ta vie comme une semence, tu n’entre pas dans l’accomplissement.

Etant donné que notre nom est inscrit dans les cieux nous ne devons avoir peur de rien mais être sous la motion du Saint Esprit pour exercer notre foi et marcher sur toutes les puissances.

La gloire de Dieu c’est l’homme debout et non l’homme couché ; ta lumière doit briller à la hauteur du nom de Jésus Christ de Nazareth.

Tu dois glorifier Dieu par ta lumière qui va briller et par ton témoignage dans le monde, tu dois vivre Dieu dans ta sainteté et ton impact social car la vrai humilité c’et s’abaisser devant Dieu.

Publié par Laisser un commentaire

Conférence de presse en prélude à la 3eme édition du séminaire International des intercesseurs

Ce mardi 25 Aout 2020 a eu lieu à la maison mère de la communauté catholique mère du Divin Amour une conférence de presse en prélude au séminaire International des intercesseurs qui aura lieu du 05 au 06 Septembre 2020 de 08 H à 20 Heures à Saint François de la Maison Mère avec pour thème : ‘’Ne craignez pas, … ce combat n’est pas le vôtre mais celui de Dieu ‘’2Chroniques 20,15.

Une conférence qui a réuni tout le gratin de la presse Ivoirienne en l’occurrence Fraternité Matin, Radio Albayane, Radio Espoir, le nouveau Réveil … pour annoncer cette 3eme Edition du Séminaire International des Intercesseurs qui est le rassemblement de la coalition des intercesseurs pour les Nations. Il s’agit pour les intercesseurs hommes et femmes de se tenir à la brèche devant le Seigneur en Faveur des Nations.

Le but de ce séminaire est de susciter et de former une armée de sentinelle qui crient à Dieu avec les larmes du Saint Esprit. Engagés dans un combat non contre la chair et le sang, les intercesseurs et toutes les personnes soucieuses de voir nos nations sortir de la misère matérielle et spirituelle viendront prendre part à ce séminaire en vue de recevoir la formation nécessaire pour intercéder en faveur de l’Afrique et du monde ; Par ce séminaire Dieu entre dans notre histoire pour nous dire que c’est lui qui a la victoire.

C’est un séminaire vient à point nommé pour la Cote d’Ivoire qui approche à grand pas des élections présidentielle ainsi que certains pays de l’Afrique, c’est l’occasion de prier pour des élections apaisées et confier la nation Ivoirienne au Seigneur afin de briser toutes les puissances maléfiques dans la politique Ivoirienne et Africaine

Ce séminaire qui bénéficiera de la participation d’éminent prédicateurs au talent internationalement reconnu qui interviendront depuis la France, la Belgique, le Canada, l’Inde et la Cote d’Ivoire via Divin Amour Tv la télévision de la nouvelle évangélisation et via nos réseaux sociaux (Évangélisation Vision 2000 plus et Divin Amour TV Officiel) .

Il est temps pour que les croyants Africains de se donner la main avec des frères et sœurs chrétiens dans le monde pour faire advenir le règne de Dieu en Afrique et dans le monde.

Publié par Laisser un commentaire

Assomption : une conquête infiniment plus grande que l’homme sur la lune

« Aujourd’hui, dans l’Assomption de Marie au Ciel, nous célébrons une conquête infiniment plus grande » que l’homme sur la lune, a affirmé le pape François à l’angélus de ce 15 août 2020 : « La Vierge Marie a posé ses pieds dans le paradis… Ce pas (…) a été le grand bond en avant de l’humanité. »

Cette fête, a-t-il ajouté dans sa méditation depuis la place Saint-Pierre, montre « la raison pour laquelle nous marchons : non pas pour conquérir les choses d’ici-bas, qui disparaissent, mais la patrie là-haut, qui est pour toujours ».

La joie, a poursuivi le pape, naît « non pas de l’absence de problèmes, qui arrivent tôt ou tard », mais « de la présence de Dieu qui nous aide, qui est proche de nous » car « Dieu regarde et aime les petits ».

Dans sa méditation dont nous donnons la traduction, il a invité à louer Dieu « au moins une fois par jour » : « Nous pouvons dire: “Je loue le Seigneur”; “Béni soit le Seigneur”: c’est une petite prière de louange. »

Paroles du pape François

Chers frères et sœurs, bonjour !

Quand l’homme mit le pied sur la lune, il prononça une phrase qui devint célèbre : « C’est un petit pas pour l’homme, un bond de géant pour l’humanité. ». En effet, l’humanité avait atteint une ligne d’arrivée historique. Mais aujourd’hui, dans l’Assomption de Marie au Ciel, nous célébrons une conquête infiniment plus grande. La Vierge Marie a posé ses pieds dans le paradis : elle n’y est pas allée seulement en esprit, mais aussi avec son corps, avec la totalité d’elle-même. Ce pas de la petite Vierge de Nazareth a été le grand bond en avant de l’humanité. Il n’est pas utile d’aller sur la lune si nous ne vivons pas comme des frères sur la Terre. Mais le fait que l’une de nous habite dans le Ciel avec son corps nous donne de l’espérance : nous comprenons que nous sommes précieux, destinés à ressusciter. Dieu ne laissera pas notre corps disparaître dans le rien. Avec Dieu, rien ne sera perdu ! Le but est atteint en Marie et nous avons sous nos yeux la raison pour laquelle nous marchons : non pas pour conquérir les choses d’ici-bas, qui disparaissent, mais la patrie là-haut, qui est pour toujours. Et la Vierge Marie est l’étoile qui nous oriente. Elle s’y est rendu en premier. Elle, comme l’enseigne le Concile, « brille déjà devant le Peuple de Dieu en pèlerinage comme un signe d’espérance assurée et de consolation » (Lumen gentium, 68).

Que nous conseille notre mère ? Aujourd’hui dans l’Évangile, la première chose qu’elle nous dit est : « Mon âme exalte le Seigneur » (Lc 1,46). Habitués à entendre ces paroles, peut-être ne faisons-nous plus cas de leur signification. Exalter (magnifier) signifie littéralement “rendre grand”, agrandir. Marie “agrandit le Seigneur” : non pas les problèmes, qui ne faisaient pas défaut à ce moment-là, mais le Seigneur. Si souvent, au contraire, nous nous laissons dominer par les difficultés et absorber par les peurs ! La Vierge Marie non, parce qu’elle fait de Dieu la première grandeur de sa vie. Le Magnificat jaillit de là, la joie naît de là : non pas de l’absence de problèmes, qui arrivent tôt ou tard, mais la joie naît de la présence de Dieu qui nous aide, qui est proche de nous. Parce que Dieu est grand. Et surtout, Dieu regarde les petits. Nous sommes sa faiblesse d’amour : Dieu regarde et aime les petits.

Marie, en effet, se reconnaît petite et exalte les « merveilles » (v. 49) que le Seigneur fait pour elle. Lesquelles ? D’abord le don inattendu de la vie : Marie est vierge et enceinte ; et même Elisabeth, qui était âgée, attend un fils. Le Seigneur fait des merveilles avec les petits, avec celui qui ne se prend pas pour un grand mais qui donne une grande place à Dieu dans sa vie. Il étend sa miséricorde sur celui qui se confie en Lui et il élève les humbles. Marie loue Dieu pour cela.

Et nous – pouvons-nous nous demander – nous souvenons-nous de louer Dieu ? Le remercions-nous des grandes choses qu’il a faites pour nous ? Pour chaque journée qu’il nous donne, parce qu’il nous aime et nous pardonne toujours, pour sa tendresse ? Et encore, de nous avoir donné sa Mère, des frères et des sœurs qu’il met sur notre chemin, et de nous avoir ouvert le Ciel ? Est-ce que nous remercions Dieu, est-ce que nous louons Dieu pour ces choses ? Si nous oublions le bien, notre cœur rétrécit. Mais si, comme Marie, nous nous souvenons des grandes choses que le Seigneur accomplit, si au moins une fois par jour nous l’exaltons, alors nous faisons un grand pas en avant. Une fois par jour nous pouvons dire: “Je loue le Seigneur”; “Béni soit le Seigneur”: c’est une petite prière de louange. C’est louer Dieu. Avec cette petite prière, notre cœur se dilatera, la joie grandira. Demandons à la Vierge Marie, porte du Ciel, la grâce de commencer chaque jour en élevant le regard vers le ciel, vers Dieu, pour lui dire : “Merci !”, comme disent les petits aux grands.

Traduction de Zenit, Anne Kurian-MontaboneAOÛT 15, 2020 14:33ANGÉLUSPAPE FRANÇOIS

Publié par Laisser un commentaire

MILUN : la puissance de la prophétie

Ce lundi 27 Juillet, c’est le thème sur ‘’ la guérison de la femme courbée tiré de Luc 13 ;10- 17’’ qui a été développé lors de la prière du Ministère du Lundi par le frère Jean Emmanuel Clément Akobé.

La parole du Seigneur est Lumière et lorsque vous marchez sous sa présence cette parole ne se manifeste pas au moment du miracle mais lorsque Dieu parle.

Quand Jésus dit quelque chose cela s’accomplit immédiatement et lorsque cette promesse descend, nous devons savoir qu’elle nous ai destiné et la saisir ; Car nous sommes dans l’instant de Dieu, le KAIROS.

« A partir du moment ou une prophétie est libéré, tu rentres dans l’accomplissement et cela se fait lorsque tu crois… ».

Concernant la prophétie sur la guérison c’est un acte spirituel, une grâce dans le Seigneur qu’a bénéficié la femme courbée par un esprit malsain depuis plus de 18ans dans la Bible ….

Elle avait le regard sur terre ; Il en ai de même pour les personnes qui n’ont pas Jésus dans leur vie, ils sont courbés…

Jésus en la délivrant, délivre toute l’humanité, étant redresser on ne peut que chercher les choses du ciel et non celle de la terre.

Le chrétien avant sa rencontre avec le Seigneur est courbé parce qu’il recherche les choses de la terre ; l’envie, la jalousie le rendent courbés ce qui est ennemie de Dieu mais le but du diable.

Le prédicateur poursuit en disant que le Saint d’aujourd’hui doit avoir les yeux sur la terre et le cœur au ciel de ce fait, ne laisse pas les choses de la terre aveugler ton cœur, cherche plutôt les choses d’en haut là où il Ya le Christ car nous sommes des héritiers et non des mendiants.

Ton handicap véritable est physique étant donné que ton bonheur dépend des choses de la terre. Dieu te donnera les choses au centuples mais tourne ton regard vers lui.

« Le démon ne peut rien t’apporter, il va plutôt orienter ton regard sur les choses de la terre ».

C’est la bénédiction de Dieu qui libère et elle n’est suivit d’aucun chagrin, cherche à être en communion avec Dieu, cherche sa face, à grandir en lui et il te comblera de tous les biens.

« Je veux que tu sois intéressé par le Dieu de toutes choses, laisse-le ranger et conduire ta vie ; laisse le te toucher car notre témoignage c’est la sainteté de Dieu »

Publié par Laisser un commentaire

Visite surprise du Pape aux enfants du camp d’été du Vatican

Ce lundi, peu après 9 heures du matin, heure de Rome, le Saint-Père a rendu visite à la centaine d’enfants et de jeunes qui participent à l’Estate Ragazzi (l’Été des enfants) tenu en ce mois de juillet au Vatican, a annoncé le directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni, lundi 20 juillet 2020.

La visite du Pape François s’est déroulée alors que les enfants prenaient leur petit déjeuner dans l’atrium de la salle Paul VI du Vatican, ce lundi 20 juillet. Après être passé par les tables, le Pape a visité les aires de jeu installées dans le hall et discuté avec les participants.

Plus tard, assis avec les enfants, il les a encouragés à se faire de nouveaux amis: «Les personnes qui ne savent s’amuser que par elles-mêmes sont égoïstes, pour s’amuser, il faut être ensemble, avec des amis !», s’est exclamé le Souverain pontife.

Enfin, avant de retourner à la Maison Sainte-Marthe, vers 10 heures du matin, le Pape François a salué individuellement les animateurs et les a remerciés pour leur travail.

Le Vatican propose cette année un camp d’été ouvert à 197 enfants, fils et filles d’employés du Vatican, du 6 au 31 juillet 2020. A cette occasion, la salle Paul VI a été transformée en immense terrain de jeux et un espace de détente avec piscines en plein cœur des jardins du petit État a été réaménagé.

Publié par Laisser un commentaire

La Parole de Dieu, une semence féconde à accueillir et faire germer

Le Pape François, avant la prière de l’angélus, ce dimanche 12 juillet 2020, a proposé une méditation sur le sens de la Parole de Dieu. En prenant appui sur l’Évangile selon saint Matthieu (13,1-23), qui relate la parabole du semeur, le Saint-Père a expliqué comment recevoir cette «semence féconde».

Le Pape François, en ce 15e dimanche du temps ordinaire, a rappelé que la Parole de Dieu, symbolisée par les semences, «n’est pas une Parole abstraite, mais c’est le Christ lui-même, le Verbe du Père qui s’est incarné dans le sein de Marie». Ainsi accueillir la Parole de Dieu «signifie accueillir la personne du Christ». Et le Saint-Père a observé les différentes façons de la recevoir, mettant en garde contre un accueil qui ne serait pas fertile.

Il y a tout d’abord le risque de la distraction, «un grand danger de notre temps». «Assaillis par tant de bavardages, par tant d’idéologies, par les possibilités permanentes de se distraire à la maison et à l’extérieur, on peut perdre le goût du silence, du recueillement, du dialogue avec le Seigneur, au point de risquer de perdre la foi» relève le Pape.

L’enthousiasme momentané peut également représenter un écueil dans la mesure où il reste superficiel et «n’assimile pas la parole de Dieu». Le Saint-Père l’a comparé à «un terrain pierreux» avec peu de terre où la semence germe vite mais se dessèche rapidement car elle ne prend pas racine. Ainsi, «face à la première difficulté, une souffrance, un trouble de la vie, cette foi encore faible se dissout, comme la semence qui tombe au milieu des pierres se dessèche»

Chacun de nous possède en son cœur la semence de la Parole

Le troisième danger mis en exergue a été celui des préoccupations mondaines, un thème que le Saint-Père développe très régulièrement depuis le début de son pontificat, et qui consisterait à accueillir la Parole de Dieu comme un terrain où poussent des buissons épineux. Tromperie de la richesse, du succès agirait alors comme des épines étouffant la Parole et la privant de fruit.

«Le bon terrain», celui qui est fertile est celui où «la semence prend et porte du fruit». Une semence qui représente «ceux qui écoutent la Parole, l’accueillent, la conservent dans leur cœur et la mettent en pratique dans la vie de tous les jours» a souligné le Pape, en rappelant que «la parabole du semeur est un peu la “mère” de toutes les paraboles, parce qu’elle parle de l’écoute de la Parole». Une Parole, semence féconde et efficace en elle-même que «Dieu répand partout avec générosité, sans se soucier du gaspillage».

Personne n’est exclu, a insisté le Saint-Père, «chacun de nous est un terrain sur lequel tombe la semence de la Parole». Tous, «si nous le voulons, nous pouvons devenir un bon terrain, défriché et cultivé avec soin, pour faire mûrir la semence de la Parole». «Elle est déjà présente dans notre cœur», mais, a précisé le Pape, il nous revient de la faire la faire fructifier en distinguant parmi tant de voix et tant de paroles, celle du Seigneur, l’unique qui nous rend libres. Le Saint-Père a alors encouragé à «s’habituer à écouter la Parole de Dieu» invitant à avoir toujours avec soi une Bible.